L’homme qui haïssait les femmes

9782253163084-T

Montréal, décembre 1989. Un matin comme les autres à Polytechnique. Soudain, en plein cours, un jeune homme fait irruption dans une salle, et tout bascule. Il sort de son sac un fusil, abat toutes les filles de la classe, et va poursuivre son carnage dans les couloirs de l’école. Il ne vise que les femmes. Au total, il en tuera quatorze, avant de retourner l’arme contre lui.
Pourquoi cette folie meurtrière, chez un garçon apparemment sans histoires ? Par haine des féministes. Elles lui ont — écrivait-il avant de se tuer — gâché la vie…

Elise Fontenaille, à travers cet ouvrage, s’attaque à l’un des faits divers qui a marqué l’histoire du Québec.

Ce 6 décembre 1989, quand Marc Lépine a perpétré un massacre à Polytechnique. L’auteur nous dresse le portrait de ce tueur de femmes, analysant au passage une société qui, en moins d’une génération, a fait le grand écart. Une société brutalement jetée d’une culture ancrée dans un catholicisme tout-puissant à un féminisme triomphant.

Des féministes qui lui avaient « gâché la vie » disait-il… De quoi plonger tout un pays dans la douleur et l’incompréhension. Assez pour faire repenser l’utilisation des armes à feu dans le pays.

Le livre très court, retrace l’itinéraire jusqu’au drame, décortique, analyse l’Après. Grâce aux informations révélées par chacun des protagonistes. L’auteur nous pousse à réfléchir.

Peut-être par curiosité morbide. Peut-être parce que j’ai suivi inconsciemment le chemin vers lequel l’auteur voulait nous mener….

J’ai voulu comprendre. Aller plus loin. J’ai cherché dans les archives, tout ce que j’ai pu trouver sur ce drame. Les archives de Radio Canada, les articles écrits après la tuerie. J’ai trouvé aussi beaucoup d’horreurs. 20 ans après, certains  » masculinistes » n’hésitent pas à détourner les images de Marc Lépine pour faire de l’humour noir voir très menaçant…

L’auteur n’utilise pas les vrais noms des protagonistes mais nous raconte le drame, à travers le récit d’une survivante, de la famille des victimes, de la famille du tueur.

On découvre une société de l’Après déchirée entre hommes et femmes. Entre féministes et masculinistes. Le tout vu également vu à travers le prisme des médias.

Photo : Roberto Frankenberg

L’auteur : Elise Fontenaille, nommée Fontenaille-N’Diaye depuis 2015, est née à Nancy en Meurthe et Moselle. Auteur de romans et de littérature jeunesse. Elle a reçu de nombreux prix, notamment le Prix du Lundi en 2007 pour son ouvrage de science-fiction Unica. Journaliste, elle a vécu pendant deux ans à Vancouver au Canada. Une expérience qui lui a inspiré ses romans L’enfant rouge, Unica, les disparues de Vancouver , la Cérémonie d’hiver et l’Homme qui haïssait les femmes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s