Amour, Prozac et autres curiosités – Lucia Etxebarria

Couverture

Deux blondes, une brune. Trois sœurs que tout semble opposer.
Ana, l’ainée, semble se conforter dans la paisible vie d’épouse au foyer.
Rosa, en amazone moderne, se noie dans le travail tandis que Cristina croque les hommes et les cachets d’ecstasy pour éviter de marcher main dans la main avec elle-même.
Et pourtant, les trois sœurs ne sont pas si éloignées : derrière cette façade policée, elles soignent toutes trois leur mal de vivre dans la pharmacopée et cherchent vainement à panser les blessures du passé.
Lucia Etxebarria nous brosse le portrait d’un Madrid post-movida dans lequel ses trois héroïnes dignes d’Almodovar, nous entrainent dans les méandres de leurs tourments existentiels. Le roman est tout en rythme, piquant, à la fois drôle et dérangeant.
Les romans de Lucia Etxebarria, à l’instar de ce premier opus, ne laissent pas insensible.
Certains lui reprochent de faire de la psychologie de bas étage, tandis que d’autres s’extasient sur sa façon décapante de dépeindre le fait d’être femme dans l’Espagne d’aujourd’hui.
L’auteure qualifiée de polémiste par beaucoup, choque peut-être par la crudité des propos, parce qu’elle appartient à cette nouvelle génération d’auteurs qui ose dévoiler la féminité sous un jour moins romantique.
Avec ce premier ouvrage, le lecteur entre de plein pied dans son univers, plein de personnages féminins forts en caractère et dans une Espagne machiste consumériste rongée par la cocaïne.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s