Viens là que je te tue ma belle – Boris Bergmann

Aldo a quinze ans, il aime le rock et les filles. Il aime surtout le rock. Tous les groupes en « The », les baby rockeurs à la parisienne et les icônes, bien sûr.
Aldo a ce petit quelque chose d’arrogant qu’ont les mauvais garçons de notre adolescence, ce narcissisme mauvais derrière la mèche rebelle, cette fougue insouciante de ceux qui se croient immortels.
Au fil de ce roman, on suit les pérégrinations nocturnes de cet adolescent dans un Paris tout en slims et en franges. Un roman initiatique court comme une longue nuit de débauche après laquelle, on présuppose qu’Aldo parviendra à l’âge adulte.
Cà se laisse lire gentiment : on reconnait les noms, les lieux. Un Paris Dernière version teenager.
C’est parfois un peu confus et le héros est un peu agaçant mais à seulement quinze ans, l’auteur a encore de belles années pour peaufiner son style.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s